les mal-aimés

dessin, peinture

Ce sont nos compagnons de couette (ou du dessous de l’évier, ou de l’arrière du radiateur), on ne les voit pas mais on les pourchasse sans la moindre compassion.

Au milieu d’un arsenal de poils allergènes et de pattes crochues, ils jettent un regard implorant : aimez-nous…

Dessins à la mine plomb sur papier blanc, 50 x 32,5 cm.

petits composts

dessin, peinture

6 petits composts gravés, certains bricolés par collages (les 3 derniers) ; les plaques fragiles supportent mal les essuyages répétés et finissent par se décomposer : c’est le thème…

le grand compost

dessin, peinture

J’avoue, je suis fascinée par le compost. Là dedans, la distinction entre vie et mort n’a plus grand sens, tout se transforme, fourmille, repousse… Comment dessiner ça ?

2 tentatives : en superposant plusieurs couches, le dessin finit par composter à son tour, on ne reconnaît plus rien.

 

Divagations

dessin, peinture

A l’origine de ces dessins, il y a des gribouillages faits lors de réunion, puis ce constat : le dessin-réunion est savoureux…

  • car libéré de tout objectif ;
  • car erratique, proliférant dans toute la page, débordant de lui même ;
  • car fait avec les moyens du bord, mais exploités avec un soin inversement proportionnel à l’intérêt de la réunion.

Pourquoi ne pas tenter ce genre d’aventure graphique sur grand format ?

Ce fut fait, en compagnie d’encres de stylo-encre, qui ont la bonne idée de virer de façon imprévisible du bleu à toutes sortes de nuances étranges. J’ai emprunté à Ernst Haeckel un peu de ses incroyables gravures, et piqué à Hokusaï une ou deux carpes, et quelques unes de ses idées scabreuses au sujet de l’érotisme féminin.

Encres sur papier, 120 x 80 cm environ.